Le sucre est toxique pour votre santé - Document réalisé par l'équipe Alsastore Strasbourg Boutique en ligne bio et sans gluten

LE SUCRE, UN DÉLICIEUX POISON A FORTE DOSE

Posté par: Alsastore SAS Dans: Nos produits bio qui peuvent vous sauver la vie Le: lundi, mai 16, 2016

LE SUCRE RESPONSABLE DE BIEN DE NOS MALADIES

 Les industriels affirment aujourd’hui «qu’il n’y a aucune preuve irréfutable sur les effets mortels du sucre ».

Ne trouverez-vous pas ridicule celui qui vous dira que « le sucre tel qu’il est consommé aujourd’hui est toxique » ?

Evidemment, il vous rend heureux et on le retrouve souvent dans tous les moments où vous partagez un bonheur, une joie, un amour …

Alors qui sommes-nous pour remettre en cause ce produit que les parents offrent à leurs enfants à leurs premiers anniversaires ?

Qui sommes-nous pour critiquer cette substance que vous partagez amoureusement à chaque occasion avec votre partenaire, ou que vous offrez aux personnes qui comptent tant dans vos vies ?

Nous allons essayer de vous apporter quelques réponses auxquelles vous ne vous attendez pas forcément.

 

Commençons par la fausse idée qui affirme que « le sucre provoque le diabète uniquement à cause de l’excès de calories, mais que le sucre en soit est inoffensif » 

Il faudrait d’abord connaître sa composition.

Le sucre est composé de deux éléments :

-          Le Glucose

-          Le Fructose

Le Glucose est une source d’énergie pouvant être métabolisé par tous les organes de notre corps y compris le cerveau.

Le Fructose est lui métabolisé exclusivement par le foie. Il devient une catastrophe à forte dose.

Ainsi, en buvant par exemple une boisson sucrée, le corps est envahi de fructose. Votre foie est submergé et se met alors à transformer le sucre en graisse.

C’est ce fastidieux travail du foie en conversion d’excès du sucre en graisse qui peut augmenter le risque de stéatose hépatique, de diabète, ou encore de maladies cardio-vasculaires.

Des études européennes nous ont montré qu’en consommant un soda par jour le risque de diabète augmente de 29% indépendamment des calories, du poids ainsi que de tous les autres produits que vous consommez.

La conclusion est donc que certaines calories causent plus de dégâts que d’autres parce qu’elles sont métabolisées différemment.

 

Pourquoi nous affirmons que le sucre tel qu’il est consommé aujourd’hui est une toxine ?

Lorsqu’au départ un article du New York Times a révélé que le sucre était toxique à haute dose, plusieurs critiques s’élevaient alors du côté des lobbies contre ces affirmations qu’ils qualifiaient d’excessives.

En effet, le sucre, à forte dose, est très pernicieux, il provoque l’obésité et par la même occasion toutes sortes de problèmes métaboliques (l’hypertension, le diabète, les maladies cardiaques et sans aucun doute le cancer). 

Nous allons nous intéresser à une maladie qui s’appelle la Stéatose Hépatique.

La stéatose hépatique ou « foie gras d’origine non alcoolique » est un trouble relatif à des dépôts anormaux de lipides dans le foie représentant plus de 5% du poids total du foie.

Cette maladie n’était même pas répertoriée avant 1980.

Si la définition d’une épidémie est la propagation rapide d’une maladie totalement absente auparavant, et touchant un grand nombre de personnes, alors nous vous présentons la plus grande épidémie de l’histoire de l’humanité.

Vous croyez que ce phénomène ne touche que les pays développés ?

En 2011, l’assemblée générale des nations unies a déclaré que désormais les affections non contagieuses telles que les maladies cardiaques, le diabète, le cancer, ou encore la démence, touchaient non seulement les pays développés mais aussi ceux en voie de développement.

Et pour vous montrer à quel point c’est inquiétant, dans les pays Africains ou Asiatiques, le développement de ces pathologies est plus préoccupant que celui des maladies infectieuses y compris celui du SIDA.

 

Jamais dans l’histoire de l’humanité, la consommation de sucre n’avait atteint un niveau aussi élevé qu’aujourd’hui. En 30 ans, notre consommation d’aliments transformés et sucrés a doublé passant de 11,6% à 22,9%. Et alors que les industriels tirent leurs bénéfices, nous devenons de plus en plus malades.

La plupart des plats cuisinés que vous achetez contiennent des sucres ajoutés avec 56 appellations différentes qu’il vous serait difficile de vous y retrouver (saccharose, sucre de canne, sucrose, sucre de betterave, agave, sirop d’érable, sirop de maïs, miel …). Vous ne saurez peut-être pas faire la différence dans cette communication brouillée, mais la conclusion est qu’ils se valent tous en termes de calories et de poids. Tout ce sucre, consommé avec excès, surcharge votre foie en le saturant de lipides.

Donc pour éviter l’excès, il faut consommer avec modération. Mais qu’est-ce-qu’ une consommation modérée en sucre ?

L’organisation mondiale de la santé préconise une consommation de 6 cuillères à café de sucre par jour soit 25 grammes représentants 5% des apports caloriques journaliers.

Les Européens consomment environ 17 cuillères à café de sucre par jour.

Les enfants  dans tout ça et le rôle des parents :

Si nous devons nous attaquer à ce problème, il est évident que l’on doit s’y attaquer dès le bas âge.

Mais l’enfant ne sachant ni acheter un aliment, ni pourquoi ne pas en consommer, il s’agira alors d’investir le comportement des parents.

En tant que parent, il est immoral de donner une cannette de bière à son enfant, mais l’on ne se prive pas quand il s’agit d’une cannette de coca. Vous trouvez que la relation entre les deux est choquante ? Continuons notre analyse …

Les enfants apprennent aujourd’hui moins à mâcher qu’à boire, il est plus facile pour les adultes de leurs faire avaler un jus d’orange qui, pour un verre contient plusieurs oranges, que de leurs faire mâcher une seule orange pourtant beaucoup plus consistante et contenant moins de sucre.

Les parents devraient savoir qu’un palais habitué à une forte dose de sucre en réclame toujours plus, l’impact devient alors beaucoup trop important sur la santé de l’enfant.

L’industrie alimentaire vous fait comprendre qu’une des alternatives pour que vos enfants mangent des fruits et légumes c’est de leur donner par exemple des aliments transformés à base de fruits comme les fruits lyophilisés. Mais ce ne sont finalement que du sucre à base de fruits, rien d’autre.

 

Tout ce sucre partout, sommes-nous des volailles ?

Cette question n’est pas drôle du tout, on est tous d’accord, d’ailleurs la réponse est définitivement NON, vous n’êtes pas des volailles …

Mais, savez-vous comment on obtient du foie gras ? Eh bien, on gave des volailles avec du sucre et des glucides et bingo !

Les populations se nourrissant d’aliments transformés sont des victimes inconscientes de ce gavage qui pourtant produit les mêmes effets que la fabrication de foie gras, car votre foie fonctionne de la même manière.

Mais ce formidable plaisir que vous ressentez en avalant ces produits, font que vous n’aurez jamais l’air d’être gavé.

 

Jusqu’à quand va résister le système de protection sociale face à toutes ces pathologies liées à l’alimentation et au surpoids ?

Le diabète de type 2 engrange déjà à lui seul des coûts phénoménales, et l’on se demande combien de temps encore ce système va tenir ou combien de temps encore il va laisser la population baigner dans cet environnement qui les pousse à la consommation de calories et de sucres.

Aujourd’hui, nous constatons de plus en plus d’enfants ayant le diabète de type 2 ou encore des enfants développant des maladies cardiaques ainsi qu’une explosion des cas de stéatose hépatique.

Les populations développant des diabètes ou des maladies cardiaques à l’adolescence n’ont que très peu de chances d’atteindre l’âge de 70 ans.

 

Le sport participe à l’élimination de calories et participe à lutter contre certaines maladies :

Qui d’entre vous n’a pas déjà entendu le slogan « Manger bouger » qui apparait dans plusieurs publicités ?

Selon beaucoup de personnes, tout est dans l’équilibre entre l’absorption et l’élimination des calories. Mais alors si vous trouvez que c’est mieux de consommer peu de graisses, ne trouvez-vous pas que ce serait encore mieux de ne pas en consommer du tout ?

Image sami iniken

Sami Inkinen est un athlète Finlandais passionné par les sports d’endurance.

Pendant 15 ou 20 ans, il a adopté un régime en produits alimentaires light contenant des glucides et sucres transformés. Il s’entrainait pendant toute cette période 10 heures par jour. Il a récemment découvert que son taux de sucre indiquait un pré-diabète.

Pourtant, il a pendant toute cette période consommé des produits alimentaires d’origine industrielle beaucoup moins nocifs (flocons d’avoine et barres chocolatées).

Il est donc une preuve vivante que l’activité physique ne peut suffire à changer la donne, car au fond, tout est d’abord dans votre alimentation.

Maintenant, imaginez-vous, étant normalement constitué, ne pratiquant pas 10 heures de sport par jour, en consommant tous ces produits alimentaires contenant les taux de sucre que vous connaissez, quel serait l’impact sur votre santé ?

 

Dites-moi, à quoi vous pensez quand vous regardez une personne obèse ?

L’obésité touche 14,5% de la population en France.

cependant, saviez-vous que 40% des personnes en poids normal présentent les mêmes maladies et les mêmes dysfonctionnements métaboliques que les obèses (diabètes, maladies cardiaques, cancers …).

Ces individus ne sont pourtant ni gourmands ni paresseux et ils ont un poids normal.

Le danger concerne alors tout le monde.

 

L’industrie alimentaire encore un fois manque vraiment de volonté.

Les messages comme bien trop souvent, portent à confusion car ils sont brouillés au détriment du consommateur.

Vous le voyez souvent quand par exemple la mention « Sans sucre ajouté » apparaît dans des boissons qui à la base en contiennent bien trop. Si le consommateur se limite à cette mention, il peut psychologiquement mettre de côté toute sa volonté à trouver les autres points négatifs du produit et se mettre à le consommer sans se poser d’autres questions à propos du sucre par exemple.

 

Notre conclusion :

Comment ça se fait-il qu’en 2016 on en est toujours à nous demander s’il y’a un rapport entre la consommation de sucre et le diabète ?

Quand est ce que la politique l’emportera sur l’industrie alimentaire ?

Il est clair que s’attaquer à l’industrie sucrière revient à s’attaquer à de puissants groupes et s’exposer à des petites guerres interminables entre lobbyistes et autres différents adversaires.

Mais il s’agit là d’une question de santé publique qu’on ne peut plus cacher ou même tolérer.

Nous pouvons nous battre contre l’industrie du tabac parce que fumer n’est pas essentiel, mais il est impossible de faire taire l’industrie alimentaire car nous avons tous besoin de nous alimenter.

Le seul courage que nous devrons tous avoir c’est celui de réunir tout le monde et de trouver ensembles des solutions. Nous pouvons penser par exemple à comment récompenser les entreprises alimentaires qui prennent les bonnes décisions et taxer celles qui en prennent des mauvaises. Et pourquoi les politiques ne subventionneraient-elles pas les produits sains pour permettre aux gens de les acheter sans penser qu’ils sont plus chers.

Nous ne sommes absolument pas, dans le fond, contre l’industrie alimentaire. Ce qui nous dérange, ce ne sont pas ceux qui gagnent de l’argent, mais ceux qui gagnent de l’argent en empoisonnant les autres. C’est ce que l’industrie du tabac a fait, et c’est ce que l’industrie alimentaire est en train de faire aujourd’hui.

Une certaine quantité de sucre est nécessaire, mais il ne faut jamais verser dans l’excès.

Il faut que les parents sachent que quand leurs enfants arrêtent de consommer des produits transformés, leurs dysfonctionnements métaboliques disparaissent, ils perdent du poids et se sentent mieux, ils ont de meilleurs résultats à l’école, leurs vies changent.

Il faut que les sportifs sachent qu’ils n’ont pas besoin de tous ces produits transformés qu’on leur vend comme étant excellents pour leurs performances physiques, et qu’il existe une idée fausse qui affirme que le sport participe à brûler les calories et de ce fait améliorer la santé.

Enfin, il faudrait que vous sachez tous que le sucre, consommé à forte dose, est définitivement toxique.

 

  • Avis Rédaction

    Chez CIMA Campus, nous diffusons du contenu utile, une information juste et indépendante, voici notre principale motivation lors de la publication de chaque article."

    Jérémy B. Équipe rédaction CIMA

Haut